Bienvenue sur le blog

Expériences, travaux en cours, sources d’inspiration, souvenirs de balades, détails poétiques, rencontres et petits coups de cœur, découvrez ici ce qui nourrit mon appétit de créatrice.

 ] - [  ] - [  ]
 ] - [  ] - [  ]

 

Voici le déroulé des 6 jours que j’ai passés dans le fablab Plateforme C, à Nantes la semaine dernière. Organisée par l’association PiNG et le collectif Grante ègle, la résidence Papier/Machine a réuni, durant une semaine, 6 créateurs graphiques (sérigraphes, illustrateurs, graphiste, typographes…). L’objectif était d’observer comment nos pratiques de travail plutôt traditionnelles et manuelles pouvaient converser avec les usages et les usagers de ces nouveaux espaces de travail que son les fablabs. PiNG questionne donc la pertinence d’un fablab en tant que nouvel espace d’expression et de création graphique.

 

Plateforme C est un fablab qui existe depuis 2012, il se situe dans un grand hangar sur le port de Nantes. Il met à disposition de ses adhérents un panel d’outils divers, des plus classiques aux plus récents comme les machines à commandes numériques (découpes laser, découpe vinyl, fraiseuses numériques, imprimantes 3D,…). La communauté des adhérents rassemble des personnes très ancrées dans la culture numérique, l’électronique, le bricolage, la culture libre.

 

Résidence Papier/Machine : Vue du fablab plateforme C à Nantes. © Florence Boudet

Résidence Papier/Machine : Vue du fablab plateforme C à Nantes. © Florence Boudet

 

 

 JOUR 1   – – –   LUNDI : DÉCOUVERTE
Nous sommes accueillis par Charlotte (responsable du projet) et Maëlle (animatrice du fablab) autour d’un café. Elles nous présentent les objectifs et le programme de la semaine. Chaque participant se présente et fait part de ses envies.

 

Voici la mienne : En tant que typographe, je suis adepte à la fois de l’écriture et de l’image imprimée ; le point commun c’est la trace, l’empreinte : ce sera l’objet de mon enquête. Dans le contexte de la résidence, je me demande quelles formes nouvelles je peux développer avec des outils à commande numérique pour en obtenir des traces.

 

Ensuite la journée de prise de connaissance du fablab démarre, on nous remet un petit carnet dans lesquels nous sommes invités à noter nos expériences, pour pouvoir les documenter. L’après-midi continue avec une formation aux différentes outils : découpe laser, découpe vinyle, fraiseuse numérique (en version small et XL). Maëlle nous en explique le fonctionnement et nous montre les interfaces dans lesquelles on rentre les différents paramètres. J’entrevois déjà une possibilité avec la fraiseuse numérique de « bidouiller » les paramètres pour obtenir des traces générées par la machine, j’imagine alors tirer parti de l’overlap (recouvrement) pour laisser apparaître de la matière sur le chemin effectué par la machine lorsqu’elle doit évider une surface, et donc en obtenir une trace.

 

Résidence Papier/Machine : Machine découpe laser au fablab plateforme C à Nantes. © Florence Boudet

Résidence Papier/Machine : Machine mini fraiseuse numérique au fablab plateforme C à Nantes. © Florence Boudet

 

 

JOUR 2    – – –   MARDI : PREMIERS TESTS

Je n’ai pas encore d’objectif précis, je décide donc de commencer par explorer à partir de chutes de différents matériaux (médium, cartons, contreplaqué, plexi…) déjà usinés par les machines du fablab, gravés ou découpés à la découpe laser ou à la fraiseuse numérique.

 

1.

J’imprime des chutes sur une presse à épreuve typo, une petite presse à bras ou encore à l’aide d’un pressoir manuel avec de l’encre taille douce. Je teste l’impression en relief et en creux. Laurent, le responsable du fablab, paraît amusé ; il reconnait parmi les images imprimées les travaux des adhérents, ces formes sont pour la plupart nées d’exigences purement techniques : circuits électriques, queues d’arondes pour des boîtes à encastrer…

 

Résidence Papier/Machine : Impressions en relief de chutes usinées au fablab plateforme C à Nantes. © Florence Boudet Résidence Papier/Machine : Impression en creux avec une petite presse à bras d'une plaque de plexi usinée au fablab plateforme C à Nantes. © Florence Boudet Résidence Papier/Machine : Impressions en relief de chutes usinées au fablab plateforme C à Nantes. © Florence Boudet Résidence Papier/Machine : Impressions en relief de chutes usinées au fablab plateforme C à Nantes. © Florence Boudet Résidence Papier/Machine : Impressions en relief de chutes usinées au fablab plateforme C à Nantes. © Florence Boudet Résidence Papier/Machine : Les chutes usinées au fablab plateforme C à Nantes, encrées pour l'impression en relief. © Florence Boudet

 

2.

Ensuite, je fais des tests de dessin/écriture, toujours à partir de chutes, trempées dans de l’encre de chine, des outils low-tech voient le jour, avec une pince à linge ou un manche à balai. Rapidement, la nécessité s’impose de mettre au point un manche qui puisse s’adapter aux différentes épaisseurs des outils et les maintenir stables pour une meilleure ergonomie du geste de dessin.

 

Résidence Papier/Machine : Tests outils d'écriture au fablab plateforme C à Nantes. © Florence Boudet

Résidence Papier/Machine : Tests outils d'écriture au fablab plateforme C à Nantes. © Florence Boudet

Résidence Papier/Machine : Tests outils d'écriture au fablab plateforme C à Nantes. © Florence Boudet

 

Le soir (chez moi bien au chaud), je dessine différentes petites têtes d’outils en me basant sur mes expériences de la journée. Je les découperai avec la découpe laser sur différents matériaux le lendemain matin.

 

 

JOUR 3   – – –   MERCREDI : DÉCOUPE LASER

Je m’attaque à la découpe laser. Au début, je rencontre un souci parce que l’interface fonctionne avec Inkscape (logiciel libre) qui redimensionne mon dessin réalisé avec un autre logiciel vectoriel (I…….or, pour ne pas le citer:). Je plonge donc dans mes douloureux souvenirs de maths pour revenir à mes dimensions originelles. Et hop ! C’est parti ! Je découpe le dessin sur différents matériaux (médium, carton ondulé, carton gris, contreplaqué, placage bois très fin…) plus ou moins épais (de 0,5 à 3mm) en ajustant à chaque fois les paramètres. Ça fonctionne plutôt bien, j’arrive à obtenir une très grande finesse grâce à la précision du laser. Puis je commence à fabriquer des manches dans l’atelier bricolage, aidée des précieux conseils de Laurent.

 

Résidence Papier/Machine : Découpe laser des nouveaux outils d'écriture au fablab plateforme C à Nantes. © Florence Boudet

Résidence Papier/Machine : Découpe laser des nouveaux outils d'écriture au fablab plateforme C à Nantes. © Florence Boudet

Résidence Papier/Machine : Découpe laser des nouveaux outils d'écriture au fablab plateforme C à Nantes. © Florence Boudet

 

L’après-midi, je discute avec Julien, un adhérent qui utilise régulièrement la petite fraiseuse numérique. Il me dit qu’on peut créer un effet qu’il appelle “jardin japonais” en jouant, non sur l’overlap comme je pensais le faire, mais simplement en mentant littéralement à la machine sur le diamètre de la fraise qu’on utilise.

 

L’idée de raconter des bobards à une machine et de voir ce qui se passe, me plait beaucoup !

 

On fait un test de jardin japonais à partir d’un de ses dessins sur le matériau qu’il utilise (sorte de biopolymère composite assez dur). L’effet a fonctionné. J’ai compris le principe : je vais donc faire un dessin très simple. En réalité, il va s’agir uniquement de poser quelques obstacles dans un carré noir pour voir comment la machine va les contourner et évider le noir. En trois clics mon dessin est prêt, je le graverai avec la fraiseuse sur du linoléum qu’on utilise habituellement en gravure pour pouvoir les imprimer. Vivement demain !

 

 

JOUR 4   – – –   JEUDI : GRAVURE NUMÉRIQUE

Je prends en main la petite fraiseuse numérique. Le démarrage est un peu difficile, probablement en raison du froid intense qui finit par émousser ma patience. L’interface me paraît une montagne de complications et tout s’embrouille dans ma tête ! Heureusement, Charlotte qui me voit me débattre, vient à la rescousse, nous suivons pas à pas les instructions basées sur des précédentes expériences clairement documentées sur le wiki fablabo. Et zou ! Ça y’est ! C’est magique : la fraise trace de jolis petits sillons réguliers dans le linoléum tendre. Ragaillardie, j’enchaîne tout de suite avec d’autres essais, en utilisant à chaque fois des fraises différentes et en variant le différentiel entre le véritable diamètre de la fraise utilisée et celui que j’indique à la fraiseuse. Je mens donc à cette petite machine, parfois juste un petit peu et parfois beaucoup, ceci afin d’obtenir des résultats les plus variés possibles. Je note bien entendu tous mes tests, pour pouvoir plus tard à mon tour documenter ces recherches sur le wiki.

 

Résidence Papier/Machine : Linogravure à la fraiseuse numérique au fablab plateforme C à Nantes. © Florence Boudet

Résidence Papier/Machine : Linogravure à la fraiseuse numérique au fablab plateforme C à Nantes. © Florence Boudet

Résidence Papier/Machine : Linogravure à la fraiseuse numérique au fablab plateforme C à Nantes. © Florence Boudet

Résidence Papier/Machine : Linogravure à la fraiseuse numérique au fablab plateforme C à Nantes. © Florence Boudet

Résidence Papier/Machine : Linogravure à la fraiseuse numérique au fablab plateforme C à Nantes. © Florence Boudet

 

L’après-midi c’est les Openateliers, beaucoup d’adhérents viennent travailler malgré le froid tenace de la journée. Ils observent ce que je fais et nous partageons nos différentes expériences avec la fraiseuse et la découpe laser. Si ce matin je n’en menais pas large, maintenant je sais de quoi je parle !

 

 

JOUR 5   – – –   VENDREDI : IMPRESSION DES GRAVURES

J’imprime les linos gravés à la fraiseuse numérique, ça fonctionne plutôt bien. Le fait d’avoir des sillons et des reliefs de largeur variables créé des rapports de masses plein/vide qui produisent des impacts visuels vraiment différents, on a du mal à imaginer que je suis partie de la même image. C’est d’ailleurs dans ce rapport de pleins et de vides que résident les enjeux de l’image imprimée. Le lien avec mes pratiques habituelles en atelier est donc clairement établi. Même si cette fois c’est la machine qui a fait le travail de gravure ! Je fais donc cinq tirages de chaque plaque (6 au total) avec la petite presse à bras prêtée par Julien à l’occasion de la résidence.

 

Résidence Papier/Machine : Impression des linos gravés à la fraiseuse numérique au fablab plateforme C à Nantes. © Florence Boudet

Résidence Papier/Machine : Encre de taille douce bleu orient au fablab plateforme C à Nantes. © Florence Boudet

Résidence Papier/Machine : Impression des linos gravés à la fraiseuse numérique au fablab plateforme C à Nantes. © Florence Boudet

 

Je réalise aussi quelques tirages des 6 linos ensemble.

 

Résidence Papier/Machine : Impression des linos gravés à la fraiseuse numérique au fablab plateforme C à Nantes. © Florence Boudet

Résidence Papier/Machine : Impression des linos gravés à la fraiseuse numérique au fablab plateforme C à Nantes. © Florence Boudet

 

Avant de nettoyer les plaques je prends des photos car je sais que je n’aurai plus ce joli contraste des linos encrés pour la première fois, le nettoyage va étaler la teinte de l’encre un peu partout et ternir un peu l’ensemble.

 

Résidence Papier/Machine : Encrage des linos gravés à la fraiseuse numérique au fablab plateforme C à Nantes. © Florence Boudet

Résidence Papier/Machine : Encrage des linos gravés à la fraiseuse numérique au fablab plateforme C à Nantes. © Florence Boudet

 

Je finalise aussi plusieurs manches pour mes outils d’écriture.

 

Bien occupée avec tout ce travail, je n’ai même pas encore eu le temps de tester mes petits outils. Geoffroy, lui, décide de les essayer, suivi de près par Julia, les effets sont vraiment pas mal ! Je réussi quand même à faire quelques traits en fin de journée, c’est assez grisant !

 

Résidence Papier/Machine : Test des nouveaux outils d'écriture au fablab plateforme C à Nantes. © Florence Boudet

Résidence Papier/Machine : Test des nouveaux outils d'écriture au fablab plateforme C à Nantes. © Florence Boudet

 

 

JOUR 6   – – –   SAMEDI : POINT FINAL ET RESTITUTION PUBLIQUE

Je refais quelques impressions à partir de chutes de matériaux (celles du premier jour) sur un papier de meilleure qualité, pour la restitution qui a lieu cet après-midi. À côté de moi, Geoffroy utilise ma version beta (chute + manche à balai) d’outil d’écriture avec des encres de couleurs sur des grands formats, il a l’air de s’éclater !

 

Résidence Papier/Machine : Test des nouveaux outils d'écriture au fablab plateforme C à Nantes. © Florence Boudet

 

Et je boucle la boucle en imprimant la contreforme de mes petits outils d’écriture, comme un petit point final à cette semaine d’expériences qui a commencé avec l’impression des chutes.

 

Résidence Papier/Machine : Impression de la chute de découpe des nouveaux outils d'écriture au fablab plateforme C à Nantes. © Florence Boudet

Résidence Papier/Machine : Impression de la chute de découpe des nouveaux outils d'écriture au fablab plateforme C à Nantes. © Florence Boudet

 

Il n’y a plus qu’a ranger et installer tout pour la restitution à 16h. Je présente sur les tables le cheminement de mon travail de la semaine par ordre chronologique en terminant par une table ou les visiteurs (grands et petits) sont invités à tester mes outils d’écriture.

 

Résidence Papier/Machine : Test des nouveaux outils d'écriture au fablab plateforme C à Nantes. © Florence Boudet

Résidence Papier/Machine : Test des nouveaux outils d'écriture au fablab plateforme C à Nantes. © Florence Boudet

Résidence Papier/Machine : Test des nouveaux outils d'écriture au fablab plateforme C à Nantes. © Florence Boudet

Résidence Papier/Machine : Test des nouveaux outils d'écriture au fablab plateforme C à Nantes. © Florence Boudet

Résidence Papier/Machine : Test des nouveaux outils d'écriture au fablab plateforme C à Nantes. © Florence Boudet

Résidence Papier/Machine : Test des nouveaux outils d'écriture au fablab plateforme C à Nantes. © Florence Boudet

 

Cette semaine bien intense a été une belle occasion d’expérimenter, de m’approprier ces nouveaux outils à commande numérique (envers lesquels j’avais quelques réticences), de me familiariser avec la culture libre et le partage des connaissances. Tout cela vient enrichir mon travail de nouvelles réflexions, et puis c’est aussi le début d’une autre aventure, puisque j’ai maintenant une nouvelle collections d’outils personnels avec lesquels je peux continuer à expérimenter… Affaire à suivre…

 

Merci à PiNG, à Charlotte, Yana, Maëlle, Laurent, Mona, Thomas. Merci à Julien pour ses précieux conseils sur la petite fraiseuse et pour sa presse à bras. Merci aussi aux 5 autres participants : Julia, Yana, Geoffroy, Hugo, Maxime.

 ] - [  ] - [  ] - [  ]
 ] - [  ] - [  ] - [  ]

 

Mes meilleurs voeux pour cette année qui débute, qu’elle vous apporte de jolies fleurs, et du bonheur haut en couleur !

 

Carte de vœux 2016, sérigraphie trois couleurs © Florence Boudet

 

Carte de vœux 2016, sérigraphie trois couleurs © Florence Boudet

 

Carte de vœux 2016, sérigraphie trois couleurs © Florence Boudet

 

Carte de vœux 2016, sérigraphie trois couleurs © Florence Boudet

 

Carte de vœux 2016, sérigraphie trois couleurs © Florence Boudet

 ] - [  ] - [  ] - [  ]
 ] - [  ] - [  ] - [  ]

 

Les 12 et 13 décembre derniers, nous avons organisé notre marché de noël annuel, un week-end festif qui a réuni les créateurs résidents et quelques invités. J’y ai présenté mes derniers travaux sérigraphiés, notamment le calendrier 2016, tout fraîchement sorti de l’atelier. J’ai également animé une démo-atelier de sérigraphie, en invitant les visiteurs à composer et imprimer leur carte de vœux 2016.

 

stand de Flo-Flo (Florence Boudet) au marché de noël des Ateliers de la Ville en bois, Nantes

 

stand de Flo-Flo (Florence Boudet) au marché de noël des Ateliers de la Ville en bois, Nantes

 

stand et démonstration sérigraphie de Flo-Flo (Florence Boudet) au marché de noël des Ateliers de la Ville en bois.

 

 

 

 ] - [  ] - [  ]
 ] - [  ] - [  ]

 

Petite pirouette-ellipse de fin d’année pour le lettrage éphémère que j’ai réalisé sur la vitrine de Renaud de La Contre Étiquette. C’est un marchand de vin super passionné, installé rue Saint-Denis, à deux pas de la cathédrale de Nantes. L’échoppe de son voisin, maraîcher bio, s’est vue, elle, affublée d’une flopée de flocons de chez Flo-Flo (haha pas facile à dire !).

 

lettrage éphémère, vitrine de Noël à la Contre Étiquette, marchand de vin à Nantes © Florence Boudet

 

lettrage éphémère, vitrine de Noël à la Contre Étiquette, marchand de vin à Nantes © Florence Boudet

 

lettrage éphémère, vitrine de Noël à la Contre Étiquette, marchand de vin à Nantes © Florence Boudet

 

lettrage éphémère, vitrine de Noël à la Contre Étiquette, marchand de vin à Nantes © Florence Boudet

 

Flocons, décor éphémère sur vitrine à Nantes © Florence Boudet

 

Lettrage et décor éphémère sur vitrines à Nantes © Florence Boudet

 ] - [  ] - [  ]
 ] - [  ] - [  ]

 

Et hop ! Une petite virée au bord de l’eau pour profiter de cette jolie douceur de novembre.

 

Golfe du Morbihan, soir de novembre © Florence Boudet

 

Golfe du Morbihan, soir de novembre © Florence Boudet

Retour en haut de page